«

»

Imprimer ce Article

Mon Expérience du Chardonneret

(suite)

Kamel LATRÈCHE

Oiseaux du Monde n°341 – Novembre 2016

La mue

Les couples reproducteurs sont placés ensemble pendant la mue, les petits sont placés par groupe de 4 par cage ou par 10 dans une volière, je leur donne la pâtée, des plantes sauvages de saison, de l’Omnivit marque Versele Laga, du millet en grappe et des pommes.

Je leur donne un bain quotidien.

La période de mue est un moment assez critique pour les oiseaux.

Quarantaine

Chardonneret élégant agate au sevrage.
[© Kamel Latrèche]

Lors de l’achat d’un oiseau, je vérifie toujours l’état de santé en soufflant sur le ventre et le bréchet pour bien vérifier que l’oiseau soit sain.

Ensuite, je pose une goutte d’ivomectine sur la nuque et je lui administre un antibiotique à large spectre, en prévention car l’oiseau peut être porteur sain d’une maladie ou être stressé à cause du changement. En complément du traitement antibiotique j’administre du Orniproven avec de la choline.

Il est important lors de toute nouvelle acquisition de demander des graines à l’éleveur pour assurer la transition. Le premier jour de quarantaine, je dispose le mélange de l’éleveur dans un bac en bas de la cage et au fur à mesure des jours je le mélange avec mes graines que je mets dans la mangeoire.

La phase d’observation est cruciale, il faut s’assurer que l’oiseau se nourrisse correctement il faut qu’il mange et boive régulièrement.

Je mets à disposition de la pâtée, pomme, endive, des plantes sauvages de saison (onagre, cardère, chicorée, chardon-Marie etc). Je ne mélange jamais mes nouveaux oiseaux avec mes résidents. Chaque nouvelle acquisition doit être placée en quarantaine.

Nichée de Chardonneret élégant.
[© Kamel Latrèche]

L’observation quotidienne du comportement des oiseaux reste la règle. Il est important de vérifier que les oiseaux mangent dans la mangeoire. Quand c’est le cas, on peut enlever le bac mis en bas avec les graines.

Chose importante : si vous élevez dans des cages avec de la lumière naturelle en intérieur et chauffé, il est préférable de privilégier des éleveurs qui ont les même conditions d’installation que les vôtres.

Je nettoie mes cages de quarantaines toujours en dernier. Un oiseau malade doit être immédiatement isolé et placé dans la cage hôpital, j’ai disposé la mienne à l’intérieur de la maison.

Les Difficultés dans l’élevage

Les difficultés rencontrées dans l’élevage sont principalement liées à une sensibilité à la coccidiose et à l’humidité. Le chardonneret n’aime pas les locaux trop humides. Des femelles ne nourrissent pas les petits et pondent en dehors du nid. Il y a une certaine mortalité des jeunes au nid… Des mâles deviennent trop agressifs…

Les années d’élevages passant et au fur et à mesure de l’expérience qui s’accumule je trouve tout de même que c’est un oiseau facile à élever si toutes les conditions d’élevages sont respectées.

Chardonneret élégant combinaison tête blanche.
[© Sylvain Chartier – El. Michel Guérinel – Gravelines 2013]

Les principales mutations de couleurs

Pour les mutations brun, agate, aminet (eumo), pastel, isabelle, satinée hérédité récessive liée au sexe seulement les mâles seront porteurs de mutations. Les mutations tête blanche, opale et albinos sont à hérédité autosomique récessive, libre.

Chardonneret tête blanche
[© Guy Doumergue – El. Bertrand Debruyne – Les Herbiers 2014]

La mutation jaune est à hérédité dominante, libre.

Les mutations gorge blanche, panachée, blanc sont encore en étude et leur génétique reste non définie avec certitude.

Statut juridique du Chardonneret en mutations

Femelle isabelle pastel
[© Kamel Latrèche]

L’arrêté du 11 aout 2006 définit en France les espèces, races et variétés domestiques.

Les variétés blanches, brune, agate, pastel, isabelle et satiné du Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) sont considérées comme domestiques. Ils ont le même statut juridique que le canari. Pour les autres mutations et les oiseaux en phénotype sauvage d’élevage, l’éleveur doit être titulaire du certificat de capacité et de l’ouverture d’établissement d’espèce non domestique dès le premier sujet.

Concours

Je n’ai encore participé à aucun concours.

Ma priorité dans l’élevage, aujourd’hui, réside exclusivement dans la sélection de mes sujets afin d’obtenir une souche résistante sans médicaments préventifs.

Je privilégie l’élevage par parents sous Chardonneret. Je pense dans un futur proche exposer mes oiseaux au concours régionaux afin de connaître les standards et aussi afin de pouvoir comparer, échanger avec d’autres passionnés.

Divers

J’élève aussi d’autres espèces, j’ai des Bouvreuils ponceaux en mutation et des Canaris de couleur et posture. L’élevage d’indigènes est assez similaire avec quelques petites différences.

Femelle satinée tête blanche
[© Kamel Latrèche]

Mes nouvelles acquisitions se font en général chez des éleveurs français, italiens, hollandais, ou en bourse. Je n’ai pas de difficulté particulière pour trouver ces oiseaux qui restent faciles à acquérir.

Il n’y a pas de secret particulier dans l’élevage du Chardonneret major : Il est indispensable de bien aborder la phase de sélection. Il faut acquérir des oiseaux sains, leur offrir les meilleures conditions d’hébergement : une pièce bien éclairée, stabiliser la flore intestinale avec des probiotiques et eau acidifiée, leur assurer une hygiène irréprochable, habituer les couples à manger de la protéine animale avant la reproduction, contrôler l’hygrométrie de la pièce et ramasser des plantes sauvages selon les saisons.

Mes conseils à un débutant

Acquérir de l’expérience avec des Canaris est le préalable indispensable et la base de l’élevage des fringillidés.

Cette phase est primordiale, c’est seulement après cette étape qu’il faut faire l’acquisition de Chardonneret en mutation comme le brun, pastel ou l’agate pour commencer car certaines mutations sont plus fragiles que d’autres.

S’informer et discuter avec les éleveurs de votre région est le meilleur moyen de bien appréhender son futur élevage.

Nous les éleveurs, nous nous battons depuis plusieurs années à travers les forums, les blogs, les organisations de bourses et les concours pour promouvoir l’élevage, le valoriser.

Nous condamnons le braconnage de toutes nos forces, nous faisons de la prévention afin de faire changer et évoluer les mentalités.

Mâle agate tête blanche et gorge blanche [© Kamel Latrèche]

Notre devise à tous : élever pour ne pas prélever.

Je tiens à remercier la fédération UOF car j’ai pris énormément de plaisir à écrire cet article où je me dévoile et où je décris cette passion qui m’anime depuis ma plus tendre enfance. Je mesure la chance et l’honneur qui m’est fait d’avoir une tribune dans cette revue que j’affectionne particulièrement.

J’ai consacré 10 ans de ma vie à l’élevage et chaque jour je remercie la nature de m’avoir permis de vivre ma passion sans freins et sans contraintes. J’essaie de transmettre ma passion aux débutants à travers
les forums, je conseille, j’écoute, j’oriente et ma plus grande satisfaction est d’apprendre que certains sont devenus des éleveurs confirmés et d’autres ont obtenu leur certificat de capacité.

Laisser un commentaire