«

»

Imprimer ce Article

Le Tarin de Magellan

OU CHARDONNERET DE MAGELLAN (suite)

Daniel PARC

Oiseaux du Monde n°345 – Mars 2017

Femelle Chardonneret de Magellan en position de défense.
[© Philippe Rocher – El. Henri Benavente – Palavas 2011]

CHANT ET PARADE NUPTIALE :

Le Tarin de Magellan a un chant varié, il émet des notes brèves et répétées. Son chant est mélodieux composé de gazouillis et de sifflements. Les mâles chantent souvent de concert dans les arbres, le soir lorsque le soleil se couche à l’horizon. La sous-espèce Carduelis m. ictericta a un chant capable d’imiter différentes espèces d’oiseaux. Il en est de même pour la sous-espèce Carduelis m. tucumana qui introduit dans son chant, des sonorités d’espèces locales.

Le Tarin de Magellan lors de la parade nuptiale chante les ailes pendantes en faisant apparaître ses barres alaires jaunes et en faisant ressortir le noir de sa gorge par rapport au jaune de sa poitrine. Il se positionne à coté de la femelle et chante à pleine gorge. Son chant est l’un des plus beau parmi toutes les espèces de tarins.

MUE ET MIGRATION :

En captivité, le Tarin de Magellan effectue sa mue d’août à octobre. Les jeunes effectuent leur mue juvénile trois mois après leur naissance. L’espèce ne migre pas, elle se cantonne dans son aire de répartition, mais il a toutefois été noté qu’elle effectue des mouvements erratiques dans certaines régions notamment pour la sous-espèce Carduelis m. tucumana qui se déplace de l’intérieur des terres vers le bord de mer l’hiver en Argentine.

REPRODUCTION :

Le Tarin de Magellan se reproduit à partir du mois de janvier à octobre suivant les sous-espèces et les pays. Le nid est construit en hauteur d’un conifère ou d’un arbre, il peut être aussi camouflé à mi-hauteur dans le feuillage d’un arbuste à feuillage épais ou d’un buisson. Il est en forme de coupe d’un diamètre de neuf centimètres en moyenne et d’une profondeur de cinq centimètres. Il est fait d’herbe sèches, de racines et de mousses pour sa partie extérieure. Sa partie intérieure est tapissée de bourre de plumes, de crin, de poils et de duvet végétal.

La ponte a lieu sept à huit jours après la fécondation, la femelle pond trois à quatre œufs à fonds blancs verdâtres ou blancs bleuâtres tachés de bruns {dimensions moyennes :17,8 mm X 13,2 mm pour les sous-espèces les plus grandes et 16 mm X 12,5 mm pour les sous-espèces les plus petites, qu’elle couve douze à treize jours. La femelle ne réchauffe plus ses jeunes vers le 12 ème jour après la naissance. Les jeunes quittent le nid vers le 17ème et 18ème jour. La femelle est nourrie par le mâle pendant la couvaison. Ils sont sevrés entre le 30ème et le 35ème jour.

Le Tarin de Magellan est l’un des tarins exotiques les plus élevés en Europe.
[© Jean-Pierre Hennebique · El. Gilbert Meli – Les Herbiers 2014]

LA NOURRITURE :

À l’état sauvage le Magellan se nourrit de graines de plusieurs variétés d’herbacées, de graines de fleurs, de chardons, de petits insectes et de baies sauvages il descend à même le sol pour se nourrir et est souvent aperçu à bonne hauteur dans les arbres à prélever différentes semences et notamment celle des conifères.

En captivité on peut utiliser un mélange pour chardonneret et canari. L’idéal est de lui fournir le mélange pour tarins composé de : 25% de semences de graminées ; 15% de niger; 15% de graines de périlla ; 10% de semences de laitues ; 5% de semence de chicorée ; 5% de graines de chardon; 4% de semences d’œnothère ; 4% de semences sauvages ; 4% de navette rouge ; 3% de graines de sapin ; 3% d’alpiste ; 3% de panis jaune ; 2% de millet jaune ; 2% de graine de lin. À l’époque de la reproduction, habituez les parents à consommer de la nourriture animale : œufs de fourmis, larves de pinky et vers de farine. De la pâtée d’élevage pour oiseaux indigènes composée d’œufs de fourmis, de larves mexicaines, de vers buffalo, de graines de pins, de chardon et d’onagre enrichi de lysine et de méthionine.

De la verdure, une à deux fois par semaine, pissenlit , mouron des oiseaux, et feuille d’endive ainsi que de la pomme).

Attention toutefois à distribuer la verdure avec parcimonie! Par contre vous pouvez donner du pissenlit frais (3 feuilles) trois fois dans la journée, la mère en raffole pour ses petits une fois que ceux-ci ont atteint l’âge de
quatre jours. On peut mettre dans le haut de la cage une branche de millet.

Donnez des graines germées composées de navette, de niger, de froment, de dari , de milo, de cardi, de
semences de laitues et de katjang idjoe, tous les deux jours, mélangées à la pâtée.

STATUT & CONSEILS :

Le Tarin de Magellan ne fait l’objet d’aucune annexe et de réglementation de CITES particulière. Cet oiseau est très commun dans la plupart des pays de sa répartition, il est le tarin le plus répandu parmi les tarins en élevage. Il n’est pas très difficile à trouver à la vente en souche d’élevage.

L’idéal étant d’acquérir des sujets nés en captivité. Les rares éleveurs sont les Belges, Espagnols, Hollandais, Allemands et Italiens mais aussi quelques Français. Quoi qu’il en soit privilégiez toujours l’achat chez I’ éleveur où vous pouvez observer de près le ou les oiseaux dans leur environnement.

Choisissez toujours des oiseaux bagués, bien en plumes à l’œil vif et au plumage lisse et éclatant et bien en taille, n’hésitez pas à poser des questions sur la reproduction, la nourriture et la température de la pièce etc. Si possible faites vous céder un peu de nourriture afin de familiariser l’oiseau en mélangeant celle-ci avec votre mélange de graines, si celui-ci n’est pas le même. De plus l’éleveur doit vous fournir un certificat de cession lors de l’acquisition. En dernier lieu il est conseillé de s’attacher à conserver des souches pures, afin de permettre l’échange entre éleveurs pour éviter la consanguinité. On doit s’abstenir de l’hybrider ou de le métisser .

LE BAGUAGE :

On bague les jeunes entre le sixième et septième jour après la naissance, de préférence le soir. Les bagues utilisées sont du diamètre 2,7 mm. Vérifier les bagues dès le lendemain ; la mère ayant tendance à les
enlever.

Pour de plus amples renseignements consultez le livre de Monsieur Marcel RUELLE sur “Le Tarin des Aulnes et ses cousins les Tarins et Chardonnerets Américains.

Chardonneret de Magellan (Splnus magellanica ictericla)
[© Pierre Malburet – Mondial Amiens 2003]

Laisser un commentaire