«

»

Imprimer ce Article

Géopélies diamant à croupion blanc

JUGEMENT

Pierre CHANNOY

Oiseaux du Monde n°342 – Décembre 2016

une femelle avec un dessin flou, moins bon que l’oiseau champion en pleine page.
[© Sylvain Chartier – El. Yves Gomot – Gravelines 2013]

Remarque

La Géopélie diamant grise croupion blanc est un oiseau hétérozygote, c’est à dire porteur en un seul exemplaire de la mutation « queue blanche », dominante mais non léthale à l’état homozygote. Cette dernière modifie non seulement la couleur du croupion, mais aussi la couleur de l’ensemble de l’oiseau : plus claire et avec moins de brun, d’où la couleur gris bleuté clair (la couleur du croupion et celle des rémiges primaires évitent les confusions avec l’opale.

[Fiche technique CT3C]
ODM : Bonjour Monsieur Bivert, voulez-vous bien vous présenter en quelques mots ?

Frédéric Bivert : Je suis juge exotique CNJF OMJ et nous sommes en présence de Géopélies diamant grises de la série croupion blanc.

ODM : Quels sont vos impressions générales?

F.B. : Les éleveurs ont mélangé cette variété avec la mutation à queue blanche. Il y a donc des oiseaux qu’on doit sortir de la série car mal engagés. Les oiseaux 5505 et 5506 sont représentatifs de la variété : formes, tailles très intéressantes, dessins très jolis, couleurs… L’un d’eux possède des beaux diamants sur les épaules, un oiseau parfait…

Ces oiseaux étant jugés sur deux ans on peut bien sentir la différence entre les oiseaux de l’année et leurs concurrents plus âgés. Les premiers sont bien meilleurs en couleur et en dessin.

un mâle Géopélie diamant à croupion blanc champion de France 2013
[© Sylvain Chartier – El. Yves Gomot – Gravelines 2013]

ODM : Pourquoi les éleveurs se trompent-ils autant dans les classes ?

F.B. : Dans ces séries , il y a énormément d’oiseaux intermédiaires. Les combinaisons de mutations et de couleurs sont parfaitement définies, mais pour « fabriquer » des oiseaux, il y a des « passages » et donc des intermédiaires, or on nous présente ces oiseaux et non les combinaisons abouties.

Frédéric Bivert en jugement des Géopélies diamant.
[© Pierre Channoy – Gravelines 2013]

ODM : Voilà un troisième oiseau ; pourquoi est-il moins bon ?

F.B. : Dans cette variété, il y a aussi des questions de forme et de taille : la Géopélie diamant est un oiseau de posture qui se présente sur le perchoir dans une position. En second lieu, c’est une Géopélie « diamant », le jugement doit donc prendre en compte ses diamants qui sont ici très flous et très mélangés.

ODM : La mutation croupion blanc modifie-t-elle le patron de l’oiseau ?

F.B. : Oui, absolument. Le phénotype sauvage est beaucoup plus gris ardoise que cet oiseau-là.

 

La Géopélie diamant peut se juger comme un oiseau de posture et doit adopter un maintien à 45°.

 

Laisser un commentaire