«

»

Imprimer ce Article

Expérience d’élevage des Corbeaux pie

(Corvus albus)

Jean-Gabriel BECKER

Oiseaux du Monde n°333 – Janvier 2016

Une réelle interaction arrive à se créer entre l’éleveur et ses Corbeaux pie.

Mon attirance envers les corbeaux remonte à mon enfance. À l’âge de 12 ans j’ai eu la chance de trouver un bébé Corneille noire que j’ai élevé et gardé en liberté, l’intelligence et la complicité avec cette Corneille, me laissent encore des souvenirs mémorables.

Donc c’est très naturellement que je suis revenu vers les corvidés et en 2010 j’ai eu la chance de trouver un couple de Corbeau pie. Aujourd’hui j’en ai quatre couples.

Ces corvidés sont considérés comme « exotiques » donc en détention libre : il n’est pas nécessaire d’être capacitaire. Largement répandus sur le continent africain, ils ne sont pas divisés en sous espèces, sédentaires ils n’effectuent que de courts déplacements.

Les avantages

Les corbeaux sont des oiseaux extrêmement intelligents et donc leur élevage est un vrai régal. La complicité avec l’éleveur n’est égalée par aucun autre oiseau. Certains parlent d’eux mêmes, juste en écoutant le soigneur et les portes des volières doivent être sécurisées, sinon ils ont vite compris et arrivent à ouvrir des verrous que même moi je n’arrive pas à ouvrir de l’intérieur. Il suffit de les écouter, car ils sont très demandeurs et le font savoir s’il y a le moindre problème, comme je le dis, il suffit d’être à leur écoute.

Les inconvénients

Ce sont des omnivores, et en période d’élevage leur nourriture doit être relativement variée. Ils ne sont pas trop bruyants, comme nos corbeaux, mais ce n’est pas le chant d’un canari. Par contre prudence en entrant dans leur volière en période de reproduction, leur bec est extrêmement puissant. La volière est leur territoire, je peux être au ras du grillage il n’y a pas de soucis, mais dès que je rentre, je pénètre sur leur territoire et ils défendent leur progéniture. Chapeau, veste et lunettes de protection, avec certains couples une relation de confiance s’instaure, et lorsqu’un jeune a un problème, à ce moment là, j’ai libre accès au nid.

Reproduction

Des volières spacieuses et ensoleillées sont nécessaires pour l’élevage du Corbeau pie.

Pour le nid, il est préférable d’avoir une plate forme avec une vision à 360°, le corbeau est très méfiant et n’aime pas se faire surprendre, d’ailleurs à chacune de mes visites la femelle sort du nid, afin de ne pas la surprendre je la préviens pour qu’elle ait le temps de sortir doucement sans faire de dégât, ce sont des oiseaux relativement lourds.

La femelle se met à couver avant la fin de la ponte, les petits naissent donc à des dates différentes, les plus petits ne survivent pas, la différence de taille devient vite importante, n’oublions pas que ce sont des africains et donc qu’ils aiment la chaleur, alors que les plus grands commencent à mettre des plumes, les plus petits sont encore nus et si la femelle ne les réchauffe pas, lors d’une nuit fraîche les plus petits mourront. S’ils acceptent relativement bien la visite du soigneur, ils ont horreur des inconnus, ils s’agitent autour du nid et l’on prend de grands risques. Le nid est fait de branchage, fibre de coco, charpie mélangée comme pour les indigènes et je finis avec des plumes blanches de préférence, temps d’incubation entre 18 et 20 jours (compter 20 jours à partir du premier œuf).

Les éclosions surviennent au fil des jours ce qui crée un décalage dans la croissance des oisillons.

Nombre d’œufs : de 6 à 7.

Les corvidés ne font qu’une ponte par an, mais en enlevant les petits lors du bagage, vers 10 jours, les miens ont repondu (6 œufs la première et 5 la deuxième).

Le facteur météo a une grande importance dans la réussite de l’élevage.

Le diamètre des bagues est de 10 mm.

L’élevage à la main est relativement simple, leur bec ouvert est énorme. Un repas est donné toutes les 3 heures au début en espaçant au fur et à mesure.

Les corbeaux sont sevrés à 45 jours, mais comptez 2 mois avec cette méthode d’élevage pour qu’ils soient indépendants.

Si les œufs éclosent tous, il est rare que tous les jeunes survivent car les aînés prendront l’avantage sur les cadets.

 

Les jeunes élevés main sont adorables et très attachés à la personne qui les soigne.

Il est préférable d’élever à la main à partir du dixième jour, le nourrissage est alors plus simple. Les petits sont assez joueurs à partir de 2 mois, il faut rapidement les mettre en grande volière, afin qu’ils ne s’arrachent pas trop de plumes lors de leurs jeux.

Bien qu’il n’y ait pas de dimorphisme sexuel, l’on arrive à reconnaître les mâles et les femelles à leur taille.

Nourriture

En dehors de la reproduction : des croquettes pour chats, des œufs frais, quelques boulettes pour chiens, extrudé F16, pâtée insectivore, remeline et des fruits.

En période de reproduction : la même chose, mais je donne plus d’œufs (deux par jour) des cadavres (deux poussins par jour) plus les restes de table, tels que les pâtes, le riz, et boulettes pour chien à volonté.

 

Voilà j’espère que mon expérience pourra vous servir, sinon n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.

L’intelligence se lit dans l’œil de ce Corbeau pie. Au moment de la reproduction, les parents savent réclamer à l’éleveur ce qui leur manque pour mener à bout leur nichée.
[© Philippe Rocher – El Gabriel Beckert – Castres 2013]

Laisser un commentaire