«

»

Imprimer ce Article

Élever des Perruches pour le “fun” ou la couleur

Heith HUNT
Trad. Jean-Luc Rodier
Bull. BRASEA

Oiseaux du Monde n°343 – Janvier 2017

Tout le monde ne souhaite pas élever des perruches pour les exposer. D’ailleurs pourquoi le devraient-ils ?

Nous avons tous ce hobby parce que nous sommes attirés par les couleurs, l’activité et le caractère des perruches elles-mêmes, mais aussi parce qu’elles ne sont pas très chères à l’achat et que l’on peut les élever librement. Il est dommage que tous les clubs et sociétés semblent avoir la solide volonté d’encourager les éleveurs de perruches à montrer celles qu’ils ont élevées de façon à entrer en concurrence avec les autres éleveurs. Ma conviction personnelle est que la plupart des possesseurs/éleveurs de perruches souhaitent les élever simplement parce qu’ils aiment les regarder voler ou s’activer dans les volières et qu’ils sont fascinés par leurs couleurs.

Aussi aidons nos éleveurs à aimer encore plus leurs perruches.

Élever pour le plaisir

Les perruches sont faciles à élever : elles nichent dans une boite en bois ou en carton. Il suffit de placer un récipient concave au fond de la cage d’environ 200 mm X 125 mm. Il est
nécessaire de faire un trou, généralement sur le côté, pour rentrer (50mm) et de placer le nid aussi haut que possible pour que les petits ne sortent pas trop tôt.

Perruches ondulées de couleur ou de posture, toutes peuvent être élevées en colonies.

Les petites perruches au joli plumage sont prolifiques en élevage. Elles semblent apprécier une certaine activité autour d’elles et se reproduisent mieux si d’autres couples sont proches d’elles. Une fois les nouveaux couples formés, les œufs apparaissent au bout de 10 à 14 jours. La femelle pond un jour sur deux jusqu’à ce qu’il y ait 6 ou 7 œufs dans le nid. Au bout de 18 jours, si tout va bien, l’incubation est terminée et les petits sortent de la coquille.

Le sevrage en volière doit être tout particu­lièrement suivi.
[© Pierre Channoy­ – EI. Jean-Marie Coulomb]

C’est la femelle qui assume la totalité des soins aux petits, avec une aide très modeste du mâle. C’est pourquoi il est recommandé d’ajouter un peu de nourriture riche, appelée “pâtée aux œufs” plusieurs fois par jour afin de soulager le travail de nourrissage de la femelle et d’apporter un supplément en protéines aux oisillons.

Deux semaines plus tard, la couleur des oisillons est visible.

À l’âge d’un mois, les jeunes oiseaux possèdent alors l’intégralité de leur plumage et peuvent quitter le nid. Alors, soit ils se blottissent les uns contre les autres dans un coin de la cage pendant quelques jours, soit ils trouvent un perchoir très rapidement. Commence ensuite une période d’éducation qui dure environ une semaine. Les deux parents apprennent aux jeunes à trouver leur nourriture.

Enfin ces jeunes oiseaux sont complètement autonomes.

mâles Perruches ondulées de posture et de couleur lutino
[© Sylvain Chartier – El. Michel Renaud et Mickaël Jegourel – Castres 2012]

Tous les nouveaux éleveurs sont fascinés par les couleurs qui commencent à apparaitre dans les nids. La plus grande joie de l’élevage de perruches !

Peu importe que les couleurs soient assorties, peu importe la génétique, élevez simplement les oiseaux dont vous aimez la couleur et que vous pouvez vous permettre d’acheter !

L’élevage en colonie nécessite un peu d’organisation avec des préaccouplements autant que possible.
[© Pierre Channoy – El. Didier Kühn]

Élevage en colonie ou en cage

Il existe deux manières d’élever des perruches.

La première que l’on appelle “en colo­nie”, correspond à un élevage en volière. Il est recommandé d’accro­cher un plus grand nombre de nids que de mâles présents et surtout de les mettre à la même hauteur pour que le nid le plus haut ne soit pas plus sollicité que les autres. Il y a parfois un peu d’agressivité pendant la for­mation des couples. Pour éviter cette concurrence on peut au préalable for­mer les couples et les placer momen­tanément dans des cages séparées. Ils seront plus tard remis dans la volière. Cette méthode s’appelle “col­lage” et tend efficacement à suppri­mer toute dispute possible pendant le choix du partenaire.

Privilégier l’esthétisme d’ensemble risque de faire perdre des années de sélection.
[© Pierre Channoy –
El. Jean-Marie Coulomb]

Cependant cette alternative est beau­coup moins amusante car elle prive l’éleveur du spectacle d’évolution, de parade, de pourchasse… jusqu’au choix du partenaire et du nid pour le couple.

En pratique, commencer un élevage avec 5 ou 6 couples et 8 nids est un bon choix.

Nourriture

Le plus simple est de les nourrir avec un “mélange pour perruches” tout prêt. En général il est composé d’une moitié de graines pour canaris et d’une moitié de millet.

Il faut aussi ajouter du sable, un os de seiche et éventuellement un bloc de pierre (sels minéraux), le mélange spécial pour les femelles qui nourris­sent les petits et ne pas oublier l’eau fraiche régulièrement.

Si l’on élève des perruches comme animaux de compagnie et que l’éle­vage se porte bien, il devient difficile de les garder tous. Alors il faut songer à en vendre !

La demande est importante, surtout en qualité “d’animaux de compagnie” mais si vous avez une hésitation, pen­sez qu’un oiseau vendu correspond à un sac de graines !

Sans aucun doute les mâles acquis jeunes sont d’excellents animaux de compagnie, mais l’année suivante vous aurez besoin de femelles ! Après gardez les oisillons dont vous aimez les couleurs et vendez les autres, en pensant à conserver des femelles pour l’année suivante.

Les vendre

C’est beaucoup plus facile que vous l’imaginez. Il suffit de faire un peu de publicité dans un journal local, sur une affiche ou mieux sur un site Internet (il en existe plusieurs). Parfois cette démarche coûte un peu d’argent mais elle est rapide et efficace.

Il y a aussi des animaleries qui recher­chent de jeunes perruches mais elles sont soumises à des lois contrai­gnantes et surtout pas très géné­reuses. La vente en privé est plus rentable à tous niveaux.

N’oubliez pas de prévoir quelques boites en carton car les acheteurs n’ont pas toujours prévu une cage pour le transport.

Asseyez-vous et appréciez

On élève des perruches pour le plaisir et si on en vend quelques, c’est un bonus.

Être assis dans un jardin et regarder évoluer des perruches peut apporter une grande joie.
Nous vivons dans un monde rempli de grandes pressions : la famille, le tra­vail, les finances…

Aussi élevez quelques perruches pour le plaisir. Appréciez-les, oubliez les clubs avec leur politique interne et ne prenez même pas en compte les “concours” ; ils sont faits pour les autres…

 

PSITTACOM

Président: M. Jany LECOMTE
Tél. : 06 16 44 08 65 / janylecomte@orange.fr

Laisser un commentaire